Voici le forum concernant notre classe de terminale littéraire (année 2015-2016)
 
AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fin Etat&Société. Début Justice&Droit (23/11)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NataliaFranco



Messages : 4
Date d'inscription : 07/09/2015

MessageSujet: Fin Etat&Société. Début Justice&Droit (23/11)   Sam 28 Nov - 13:08

Volonté Générale d'un citoyen → Ce que j’estime être bon pour l’intérêt GENERAL(communautaire)

≠  

Volonté particulière d'un individu  → ce qui est bon pour moi (sociétaire)

/!\ Le Contrat Social que Rousseau propose ne fonctionne que si chaque citoyen prend conscience de ses devoirs :
Participer au vote effectif des lois
Faire abstraction de sa volonté particulière au moment du vote, mais s'exprimer en fonction de la volonté générale
Obéir aux lois quelque soit son vote particulier

C'est un devoir moral d'obéir à une loi, et pas seulement une contrainte (attention, seulement si la loi est l'expression de la volonté générale!)

Postulat nécessaire à la démocratie participative : On peut supposer que les hommes sont capables de dépasser leur intérêt propre au moment de voter. Mais Rousseau dit que le mettre en pratique est beaucoup plus difficile (c'est à ce moment qu'interviennent les penchants, les habitudes, les intérêts...)
Donc forcer les gens à obéir aux lois qu'ils ont acceptés en théorie = leur permettre de mettre en accord la théorie et la pratique!

« Celui qui s'y opposera ( à l’intérêt G, aux lois) sera contraint par le corps de l'Etat » → « on le forcera à être libre »
Pour rousseau ne pas être libre = être esclave de sa volonté particulière.
Dans la Démocratie Participative, je suis obligé d'obéir aux lois (puisque je ne peux même pas dire qu'elles ne sont pas légitimes, que je ne les accepte pas!) : cela me force à être libre.

Cours : Le devoir d'obéir aux lois quelque soit son vote particulier n'est pas simplement moral :
il est nécessaire qu'un Etat démocratique mette en place une force d’exécution des lois pour contraindre chaque citoyen à obéir, en pratique, aux lois qui ont été approuvées, en théorie. Ainsi chaque citoyen est vraiment libre. C'est-à-dire :

Qu'il a participé à la création de la loi
Qu'il a travaillé, théoriquement, sur la distinction entre ce qui est bon pour lui et ce qui est bon pour l’intérêt Général. ( a travaillé sa volonté Générale)
S'il n'est pas capable de mettre ses actes en adéquation avec sa théorie on le forcera à obéir à la loi jusqu'à ce qu'il puisse (acte) faire ce qu'il veut (théorie)

Exemple : Une personne fumeuse vote favorable à la loi pour interdire de fumer dans les lieux publiques. Mais.. L'envie d'un cigarette lui prend lorsqu'il est au bar avec ses amis autour de bières. Ses amis et les personnes du bar devront la forcer à arrêter de fumer (ou alors les forces de la loi...). Car  la loi a été votée et elle a  participé au vote de la loi (même si son vote n'était pas favorable). Ceci va dans l’intérêt G. ainsi que pour sa liberté. ( si il n’intègre pas la loi alors il ne sera pas libre car l'Etat utilisera la force)

Attention : dans un passage tardif, Rousseau dit que si la Démocratie Participative n'est pas possible, alors, il faut un Despotisme Éclairé : qu'une personne soit tellement au dessus des autres, du point de vue de la rationalité, de la légitimité, de la sagesse, qu'il soit comme un Dieu pour les autres (cf Platon!) :

"Si malheureusement cette forme n'est pas trouvable, et j'avoue ingénument que je crois qu'elle ne l'est pas, mon avis est qu'il faut passer à l'autre extrémité, et mettre tout d'un coup l'homme autant au dessus des lois qu'il peut l'être par conséquent établir le despotisme arbitraire, et le plus arbitraire possible : je voudrais que le despote put être un dieu." (correspondance)


EN CONCLUSION :

DU REALISME à L'IDEALISME POLITIQUE ABSOLU (/!\ ce qui suit est assez abstrait mais peut aider a visualiser)

REALISME: Despotisme autoritaire (Hobbes, Leviathan) → Anarchisme sociétaire (Stirner, L'unique et sa propriété)→ Démocratie Représentative (séparation des pouvoirs) → Despotisme doux (Tocqueville, De la démocratie en Amérique)  → Despotisme éclairé (Platon, Allégorie de la Caverne) →Démocratie Participative (Rousseau, le Contrat Social)→ Anarchisme Communautaire (Thoreau, La désobéissance civile) : IDÉAL ABSOLU




II- JUSTICE & DROIT

INTRO : Qu'est ce que la justice ?

Hypothèses :

JUSTE= Egalité ? Proportionnalité ?
= Subjectif → relatif à une personne
=Respect des droits et des devoirs des humains
=Rendre à chacun ce qui lui est dû/ ce qu'il mérite
=Principes ? Critères ?
=Ce sur quoi plusieurs personnes pourraient se mettre d'accord

Pas de Juste si pas de CONSCIENCE qui Juge
→Subjectif ! (pas au sens de relatif, mais avant tout au sens de : fondé par une conscience qui juge)

Exemples : Le Karma, Dieu : il faut bien présupposer une conscience pour juger de ce qui se passe dans la nature

La justice : Recevoir un acte proportionnel à mon acte jugé

Cours : Il n'y a pas de justice sans conscience. La justice est donc tout d'abord un sentiment par rapport à un état de fait
Quand est-ce qu'on peut juger le plus objectivement possible qu'un état de fait est juste ou injuste ?
Plusieurs critères de jugement :
Egalité de traitement (contraire du juste= discrimination)
Chaque personne doit-être jugée d'après les mêmes règles. But : empêcher la discrimination (juger selon la personne ) (Quand est-t-il de la discrimination positive?)
Chacun doit être jugé en fonction de ce qu'il fait/ ce qu'il mérite = PROPORTIONNALITÉ
PB: ce qu'il mérite= le fruit de son Travail ? Ou de sa Capacité ? (dans le premier cas cela parait juste, dans le second, non).

La proportionnalité pose deux problèmes :
-Quelle est la part du travail personnel individuel et la part de capacité ?
-Pour établir une grille proportionnelle à chaque individu, encore faut-il s'accorder à cette grille, à cette loi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fin Etat&Société. Début Justice&Droit (23/11)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dissert sujet : La justice est-elle le fondement du droit ?
» Diplôme d'Etat I.C.H
» Sociétés à l'oral
» droit penal des societes
» L'abus de droit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Philo Terminale L du LGM :: Cours :: En classe-
Sauter vers: