Voici le forum concernant notre classe de terminale littéraire (année 2015-2016)
 
AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cours du jeudi 1er vendredi 2 octobre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice
Admin


Messages : 6
Date d'inscription : 04/09/2015

MessageSujet: Cours du jeudi 1er vendredi 2 octobre   Dim 4 Oct - 19:17

II- La critique de l'hypothèse de l'inconscient

2 sortes de critiques adressées à la psychanalyse: la critique épistémologique (sur la validité de ses interprétations) et la critique morale (sur la responsabilité du sujet)
1ère critique HS ici (cours sur la vérité), mais petit résumé:
Chaque psychanalyste selon son mouvement (freudien, reichien, rankien, jungien, alderien…) aura une interprétation différente puisqu'elle dépend du schéma théorique qu'il a construit. Cf texte de Popper : un freudien et un alderien interpréteront différemment un même événement, et de manière aussi vraisemblable. En psychanalyse, tout événement confirme la théorie préalable, même s'il s'y oppose (=résistance!). impossible de tester la validité d'une hypothèse interprétative.
De plus, un psychanalyste peut faire des projection sur eux-même concernant un patient. cf Jung qui raconte la manière dont Freud interprète son rêve sur la maison à plusieurs étages.  

La critique épistémologique considère que toute interprétation psychanalytique dépend de la subjectivité d'un analyste et sa méthode interprétation, il n'est donc pas facile de savoir l'analyse nous parle plus de nous que de l'analyste lui même.

La critique existentialiste de Sartre (= critique morale est surtout une critique de la déresponsabilisation du sujet).

- Refutation par l'absurde de la notion d'inconscient = il ne s'agit toujours que du conscient = responsabilité
- Mauvaise foi : modalité de la conscience qui tend à éviter de porter le poids de la responsabilité
Rappel : La mauvaise foi c'est la tendance à se déresponsabiliser en rejetant hors de soi l'enjeu de ses problèmes. Sartre pense qu'on est responsable de ce qu'on est, donc aussi de notre inconscient.

La théorie de Freud :

Le surmoi possède la connaissance, la conscience de ce qu'il ne faut pas que la conscience sache.
Notre « moi » serait protégé par le « surmoi » qui empêche certaines pulsions inconscientes/souvenirs traumatisants.  Je possederais donc à l'intérieur de moi même une conscience qui est pleinement éveillée excepté la nuit lors de mes rêves. Dès le matin, cette conscience s'éveille à nouveau.
Au final, je suis trompé et mon surmoi est le trompeur qui m'empêche de savoir.

Le surmoi est capable de piocher en moi, pénétrer ma conscience et me dire que mes rêves sont stupides. Quand un psychanalyste me parle, le surmoi conscient du travail relationnel du psychanalyste ne veux pas se dévoiler.
Le surmoi serait conscient du « ça », de « moi » et de l'extérieur :il serait une "super-conscience" dont je ne suis même pas conscient!

Ex : Après hypnose, les patients nient fortement, la résistance s’accroît après s'être endormie, le surmoi comprendrait avoir été hypnotiser.

Le surmoi aurait conscience du danger que représente la connaissance du moi.
(Plus un patient nie, plus on s'approche de la vérité selon Freud).

L'hypothèse psychanalytique est donc peu économique : elle est obligée, pour déresponsabiliser le sujet conscient, de présupposer un inconscient omniscient face à une conscience débordée.


Théorie de Sartre :

Afin de sauver l'irresponsabilité, le psychanalyste invente une conscience au sein de mon inconscient plus consciente que la conscience. = Mauvaise foi.
Sartre pense que le surmoi est une pure invention pour ne pas voir la réalité, sa responsabilité.

Selon Sartre, je vais moi même me cacher des choses dont je connais bien l'existence, mais je m'auto-persuade qu'elles n'existent pas (ex : mensonge oublié).
Quand je mens, je sais que je mens, donc je possède une contradiction dangeureuse à l'intérieur de ma conscience. Solution : je me persuade que je n'ai pas menti, "j'oublie" le mensonge ou plutôt je le remplace par une affirmation qui le cache. mauvaise foi. je suis ainsi capable de me mentir à moi-même sans me mentir !
Ex : Bibliothèque : Nous mettons de nombreux livres devant les rayons sur ce qui ne nous plaît pas afin de voir que ce qui nous intéresse.

Nous sommes responsables de nos actes. Notre conscient/inconscient n'est qu'une conscience qui sait qu'il faut uniquement certains éléments qui ne soient pas conscientisés = inconscience.
La mauvaise foi = conscience qu'il ne faut pas être conscient de ce dont on est conscient.

Attention:
La critique existentialiste ne détruit pas la nécessité de l’analyse psychanalytique ; elle remet en question ses présupposés théoriques, principalement le présupposé insoutenable d'un inconscient qui serait conscient. A la place elle propose l'hypothèse d'une conscience volontairement inconsciente, c'est à dire consciente qu'il ne faut pas qu'elle soit consciente.


III – La conception spirituelle de l'inconscient


Hypothèse existentialiste : la conscience englobe tous les phénomènes psychiques, même ceux dont je ne suis pas conscient expressément (cf mauvaise foi)

Problème empirique (≠ rationaliste) : Comment se fait-il que dans un état d'inconscience je puisse avoir accès à des données de mon inconscient me permettant d'élargir ma conscience ?
Comment se fait-il que quand je suis dit inconscient (au niveau perceptif) je puisse être aussi voir plus conscient au niveau réflexif? (cf EMI, transe hypnotique profonde, expériences chamaniques)

Ex : Dans toutes les cultures, il y a utilisation de substances actives pour modifier l'état de conscience
Provoque inconscience de surface (=perceptive) mais conscience réflexive plus profonde et élargie
cf Chamans de Sibérie qui utilisent l'amanite tue mouches, ou chamans indiens qui utilisent l'ayahuasca, ou chamans africains qui utilsent l'iboga, ou chamans mexicains qui utilisent le peyolt, etc.
à chaque fois→ état de trans, quasi de mort (inconscience perceptive forte, évanouissement, fonctions corporelles faibles, etc.
Mais expérience intérieure puissante, exploration de domaines de l'inconscient (car inaccessibles à la conscience normale)

A partir des années 1950, beaucoup de scientifiques et psychologues travaillent sur le phénomène qu'ils appelent "psychédélique" (=révélateur de la psyché)
Ex: Huxley (écrivain, philosophe des religions) fait 10 ans d'expériences assistées sous L.S.D et mescaline : consignées dans "les portes de la perception" et "moksha"
Autre ex : S. Grof (psychiatre et psychanalyste freudien tchécoslovaque) utilise pendant 15 ans le L.S.D. et le D.M.T pour traiter des patients atteints de psychoses profondes : "thérapie psycholitique" : aboutit à des résultats probants, psychanalyse accélerée et efficace (alors que psychanalyse freudienne ne marche que pour névroses)
Puis appelé aux USA pour une série d'expériences avec des patients en état final de cancer : but soulager leur douleur. Mais résultats surprenants : change leur conception de la vie et de la mort, leur paradigme existentiel. constate un net élargissement du champ de la conscience.
3 ouvrages majeurs : "royaumes de l'inconscient", "psychologie transpersonnelle", et "la rencontre de l'homme avec la mort"

♦ Données empiriques d'Huxley : + on monte dans l'expérience psychédélique, + on descend dans l'inconscient.


♦ Données empiriques de Grof :


* MPF 1 : état de fusion intra-utérin → état paradisiaque dans la plupart des cas (sauf si grossesse se passe mal.) sentiments océaniques, proches des sentiments mystiques dont parle Huxley.

MPF 2 : Contractions, oppression sur l'enfant avec le col fermé. Sentiment du désespoir sans fin. Lié aux éléments ou on se sent sans échappatoire, impuissant. Sentiment de l'enfer, proche de l'état existentiel décrit par Huxley (sentiment de souffrance absurde, fort pessimisme)

MPF 3 : Lutte pour sortir, pour la survie, « combat » titanesque, lutte contre la mort. La naissance en elle même est une réussite première : l'individu a survécu à la prespective de sa propre mort (très fréquent dans les récits de patients)

MPF 4 : Naissance, lutte terminé mais nouvelle angoisse : inconnu, changement d'état, perte de repères spatio-temporels, poumons qui s'ouvrent pour la première fois, cordon coupé. angoisse de la nouveauté, de la perte de ce que l'on connaissait : un peu comme être passé de l'autre côté de la mort.

Hypothèse de Grof d'après les statistiques des récits de patients LSD : La manière dont je vis ma naissance serait au cœur de ma vie : elle serait un noyau autour duquel viennent se consteller les expériences positives ou négatives qui vont suivre. Pour résoudre les problématiques psychiques inconscientes, il faut revenir au noyau : revivre sa naissance (cf expériences initiatiques dans les tribus).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://philosophielgmtl.forumactif.org
 
Cours du jeudi 1er vendredi 2 octobre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prière à Saguenay: le maire pourra faire appel
» mon rêve prémonitoire du 02 au 03 mai 2013 M. Dehaine
» Rêver selon les jours de la semaine
» VENDREDI 8 OCTOBRE
» Soirée Astraéro jeudi 4 octobre 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Philo Terminale L du LGM :: Cours :: En classe-
Sauter vers: